Pas terminé  Il me reste 9 saisons 1974 à1983

Reportage sur les foulées Rennaises de 1980 , avec à la fin une interview de Lucien (Cliquer)

ligne_2_063

lucien_buchon

 LUCIEN RAULT est  né au Buchon Rouxel  le 30 mars  1936 à Plouguenast. Il signe sa première licence en 1951 à l'avant-garde de Rostrenen ,et rejoint en 1960 la section de Plouguenast.

Durant un quart de siècle sous le maillot jaune à chevron bleu de la Jeanne d'Arc de Plouguenast , Lucien Rault a été 15 fois champion de Bretagne de cross-country entre 1961 et 1975 , champion de France en 1974 et champion du monde par équipes en 1978.

Challenge du Lié

De 1960 à 1982, Lucien Rault a participé à 21 éditions du challenge du Lié organisées  par son club. Vainqueur quinze fois il aura fallu un Tigou en 1965 ,un Jourdan en 1970, un Paugan en 1977, un Daniel en1979, un Lucas en 1980 pour lui barrer la route du succès .Qu'on en juge.

1960 1er devant Chauvel  - 1961 1er devant Janin  - 1962 1er devant Lucas- 1964  1er

1965 2 ème derrière Tijou - 1966 1er devant Vaillant -  1967 1er devant Martinage

1968  1er devant Petit  - 1969 1er devant Le Vaillant - 1970 2ème derrière Joudan

1971 1er devant Le Vaillant - 1972 1er devant Perronno - 1973 1er devant Cairoche

1974 1er devant J. Le Borgne -  1975 1er devant Bourban - 1977 2ème derrière Paugam -

1978 1er devant Paugam - 1979 2ème derrière Daniel -  1980 2ème derrière Lucas

1981 abandon pour contracture - 1982 1er devant J.Le  Borgne.

Champion du monde de cross-country par équipe en 1978 à Glasgow.

02

12 fois sélectionné dans l'équipe de France de cross-country Lucien a participé 11 fois (remplacent en 1967) au cross des Nations devenu l'international de cross . A chaque fois,i l a participé au classement de l'équipe nationale (Les 6 meilleurs sur les 9 partants). i l a terminé 6 fois dans les quinze premiers de cette épreuve rassemblant l'élite  européenne  puis mondiale du cross.

A 8 reprises, il est monté sur le podium avec l'équipe de France dont une fois sur la plus haute marche à Glasgow. pour sa première participation à 28 ans .Il termine 23ème . Quatorze ans plus tard pour sa dernière participation à 42 ans il termine 13ème et devient, le plus âgé des 200 participants !!!

1964 23ème à Dublin (6ème français) 1967 remplaçant à Barry 1968 15ème à Tunis (4ème français et 2ème par équipe) 1969 16ème à Glasgow (4ème français  et 2ème par équipe) 1970 11ème à Vichy (3ème français et 2ème par équipe) 1971 13ème à Sab Sébastian (2ème français et 3ème par équipe)1972 10ème français à Cambridge (1er français et 6ème par equipe)1974 (20ème français 3ème par équipe) 1975 31ème à Rabat (2ème français et 7ème par équipe) 1976 (17ème à Chepstow 2ème français 3ème par équipe)1977 59ème à Dusseldorf (4ème français et ème par équipe)1978 13ème à Glasgow en Ecosse 2ème français derrière Pierre Levisse qui termine 10ème et devant R.Bouter qui termine 18ème .Champions du monde par équipe devant les états- unis, L'Angleterre

Cross-country : Lucien Rault se souvient de l'enfer de Glasgow

sbSP_2463081_1_20080403_px_501__w_ouestfrance_

Lucien Rault, « Lucien Jeunesse », comme le surnommaient ses copains de l'équipe de France, avait suscité l'admiration à Glasgow où il était le plus âgé de tous les concurrents (deuxième assis en partant de la gauche sur la photo des Bleus couronnés champions du monde).

Rétro. C'était le 26 mars 1978. Dans le bourbier de Glasgow, la France décrochait le titre mondial par équipes. Le Costarmoricain Lucien Rault raconte la formidable épopée des Bleus.

« Ce jour-là, il faisait un temps épouvantable. Il y avait de la pluie, un vent froid et violent. De la boue aussi, beaucoup de boue. C'était l'enfer. Nous venions de poser les pointes à Bellahouston à Glasgow pour les championnats du monde de cross. Notre équipe de France avait fière allure avec Pierre Lévisse, Jean-Paul Gomez, Radouane Bouster, Alex Gonzalez, Jean-Luc Paugam ou encore Dominique Coux. Personne n'avait parié sur nous. Pourtant, le groupe était soudé, l'ambiance excellente. On se taquinait souvent, mais chacun respectait l'autre. Nous étions une équipe de copains.

Ce jour-là, j'avais pris un mauvais départ. Au premier kilomètre, j'étais pointé aux alentours de la 50e place. Le parcours était très sélectif, un vrai casse-pattes. Il fallait emprunter un double lacet à flanc de colline avec des montées et des descentes sur un terrain lourd et gluant. Dans ce bourbier, je ne me suis jamais affolé. A mi-course, j'ai commencé à revenir. A deux kilomètres de l'arrivée, j'étais 20e ! Plus je remontais des coureurs, plus je reprenais confiance. J'ai finalement terminé 13e à 6 secondes de Pierre Lévisse (10e) et à 55 secondes du vainqueur John Treacey, un jeune Irlandais de 20 ans qui venait de créer la surprise. Pour moi, ce résultat était inespéré.

Dans le classement par équipes, on était dans le coup pour le titre, mais c'était serré. Six nations se tenaient en 38 points ! Il a fallu attendre une heure et demi pour connaître le verdict. A vrai dire, certains s'interrogeaient à mon sujet. Ils pensaient que vu mon âge (42 ans), ce n'était pas possible de finir dans les quinze... Le jury a dû revisionner la course et de nouveau bien éplucher les dossards maculés de boue. Finalement, l'annonce fut faite : on terminait en tête avec deux points d'avance sur les Américains, on était champions du monde ! Le premier titre dans l'histoire du cross français. On a fêté ça tous ensemble le soir, on a chanté, on a dansé... C'était du grand bonheur !

Ce titre était une belle récompense car j'avais travaillé dur pour en arriver là. Je m'entraînais toute la semaine, à raison de 17 kilomètres par jour. J'alternais les séries de 1 000, 1 500 et 3 000 mètres, le plus souvent le long de la voie ferrée. Eh oui, c'était mon terrain d'entraînement. Il y avait bien la piste en cendrée du collège de Loudéac, mais elle était trop dangereuse avec ses nids de poule... Elle mesurait exactement 333 mètres, il fallait trois tours pour faire 1 kilomètre...

Dans ma carrière, j'ai disputé beaucoup de courses, j'ai gagné de nombreux titres en cross et sur piste. Avec les Jeux olympiques de Montréal en 1976, ce championnat du monde de Glasgow reste l'apothéose. Un souvenir inoubliable ! »

• Résultats des Français : 10. Pierre Lévisse, 13. Lucien Rault, 18. Radouane Bouster, 32. Alex Gonzalez, 35. Thierry Watrice, 43. Jean-Paul Gomez, 63. Jean-Luc Paugam, 66. Jean-Luc Lemire, 105. Dominique Coux.

Championnats de Bretagne de cross

Lucien Rault a régné sur le cross Breton.Il a couru 27 Championnats de Bretagne de cross country,les deux derniers en vétérans.

15 titres de champion de Bretagne (de 1961 à 1975 ) En 1976 à Grand-champ il fut détrôné par le Brestois Jean-Luc Paugam.

1958 12ème à Renaze - 1959 2ème à Guingamp - 1960 3ème à Vannes - 1961 1er à Cesson-Sevigné

1962 1er à Lesneven - 1963 1er à Cgateau-Gontier - 1964 1er à Plouguenast - 1965 1er à Pontivy

1966 1er à Melesse - 1966 1er à Ploneis - 1968 1er à Villaines- la-Juhel - 1969 1er à Saint Brieuc

1970 1er à Vannes - 1971 1er au Rheu - 1972 1er à Carhaix - 1973 1er à Lamballe - 1974 1er à Craon 1975 1er à Landivisiau - 1976 4ème à Granchamp - 1977 3ème à Combourg - 1978 2ème à St Brieuc 1979 abandon à Benodet - 1980 5ème Saint- Denis-De-Gastine - 1981 abandon - 1982 4ème à Jansé - 1983 1er vétéran à Rostrenen - 1984 abandon à Morlaix

       

 

   

Championnats Interrégionaux de cross

De 1952 à 1984,  Lucien Rault a pris 17 fois le départ des inter-régionaux de cross-country

8 fois sacré champion de Bretagne dont (deux fois en vétérans à 47 ans et 48 ans)

1959 abandon au Mans- 1960 2ème à Tours - 1961 10ème au Mans- 1962 1er à Renaze-  1964 4ème à Chatellerault- 1965 1er à Craon - 1973 1er à la Roche -sur- yon - 1974 1er à Vire - 1977 3ème à Granville - 1978 1er à Carhaix - 1979 5ème à Montrevault - 1980 7ème à Mezidon - 1981 8ème à La Roche-Sur- yon - 1983 1er vétéran à Percy - 1984 1er vétéran à Berhec

2 fois champions de France F.S.F.( en 1960 et 1962)

champion de France au Touquet en 1974

3 fois vice - champion de France ( en 1971 et deux fois en vétérans 1983 et 1984.)

En Athlétisme 

3 fois champion de France: Sur le 10 000 m en 1973 et sur 20 k ms en 1973 et 1974.

Vice champion de France sur le 10 000m ( 1971 et en 1972 )

Recordman de France des 20 k ms (59'11'') et de l'heure (20kms350)de 1973 à 1989

Recordman du monde  vétérans sur 5 000  depuis 1976 (13'45''6)

Recordman du monde vétéran en titre du 10.000 m depuis 1976 (28'33''4)

Douzième aux championnats Europe sur le 10 000m  a d'Helsinki en 1971

Record personnel: sur 5.000m en 1972 (13'38''6) sur 10.000m en 1971 (28'20''4)

1971-1972-1973 ont été les années fastes de Lucien sur les pistes d'athlétisme..en particulier au stade de Colombes.En effet,c'est au cours de ces trois années qu'il a réalisé ses records personnels sur 5 ,10 et 20kms On comprend d'autant moins son éviction (sur blessure) de la sélection Française pour les J.O de 1972 à Munich....alors qu'il  fut sélectionné pour les J.O de 1976 à Montréal.quatre ans plus tard,et bien sur moins performant(à 40 ans!)

5000mètres: la meilleure performance de Lucien Rault sur cette distance est de 13'38"6. Ce record personnel  fut établi le 24 juin 1972 au mémorial Méricamp à Bourges ou il termine 3ème de l'épreuve remporté par le marocain Haddou (13'36"8) Devant le français Tijou (13'37"8)

A40ans lors du meeting à Rennes il a réalisé (13'45"6 ) le 21 mai 1976 Record mondial vétéran qu'il détient toujours!

10.000 mètres : Le meilleur chrono de Lucien est de 28'20"44 .Il a été réalisé le 23 juillet 1971 aux championnats de France à Colmbes ou il termina 2ème de l'épreuve,toujours derrière Tijou (28'19"2) .Tous les deux pulvérisant l'ancien record de Francede Jourdan (28'28"2),se qualifiant pourles championnats d'Europe d'Helsink.

A 40 ans lors des championnats de France à Lille (25 juin 1976),Lucien a réalisé (28'33"4,)se qualifiant pour les J.O de Montréal et devenant recordman du monde vétéran , titre toujours en sa possession

20km et heure

Les meilleurs performances de Lucien sur 20km et dans l'heure ont été record de France pendant 16 années 1973 à 1989 C'est records ont été réalisés le 14 octobre 1973 à Colombes,Lucien remportant l'épreuve des 20km en 59'11, et parcourant 20km 305 dans l'heure,devenat l' allemand de l'ouest Philipp,battant les records de R.FA et les anglais Adler et Holden.

C'est le 5ème performance mondiale de tous les temps en 1973.Il avait alors 37 ans.

Courses sur route internationales

A partir des années 70, on a vu apparaitre de nombreuses courses sur routes , corrida, foulées ,semi- marathons, Lucien Rault a remporté des victoires dans les épreuves les plus prestigieuses, de niveau international....

-le tour de Rome

-la corrida de Houilles

-le tour du Coyen

- le circuit des 3Ormes à Landudec

-Pellouailles-Angers

-la corrida de Saites

-le tour de St Sébastien-Sur-Loire

-le semi-marathon St-pol-Morlaix

Lucien a remporté aussi , bien sur ,des courses régionales:

-Les corridas de Paimpol,Vannes.....

-Les foulées de Lamballe, ploeuc, Plouguenast, p loumilliau........

Mais il ne pourra jamais inscrire son nom aux 20 km LUCIEN RAULT........Dommage!

Ses sélections

En cross country:

12 fois sélectionné en équipe de France pour le cross des Nations devenu l'international puis le champion de monde

En athlétisme:

27 fois sélectionné en équipe de France

Sélectionné pour les six Nations en 1968

Sélectionné pour les championnats d' Europe en 1971

Sélectionné pour les jeux Olympiques en 1976

parlons des jeux olympiques

Lucien Rault et les jeux olympiques c'est toute une histoire....C'est à la fois son plus mauvais souvenir avec son éviction des J.O.de 1972 à Munich et son meilleur souvenir avec sa participation aux J.O de 1976 à Montréal.

A 28 ans ,en 1964 il réalise 30'06" sur 10.000m au meeting international de Rennes (record de Bretagne) soit 36" de trop pour sa qualification aux J.O de Tokio.

A 32 ans en 1968 ,il échoue cette fois de 20" pour être sélectionné pour les J.O de Mexico,en réalisant 29'20"sur 10.000m (record de Bretagne) lors du match des six nations à Brescia en Italie

A 36 ans ans en 1972 ,il satisfait plusieurs fois aux minimas olympiques tant sur 5000m (13'40") que sur le 10.000m (28'50")

Lucien est donc tout naturellement sélectionné pour les J.O de Munich. Une semaine avant le départ pour l'Allemagne,il participe,pour son plus grand malheur,au math Pologne-France à Varsovie.Ressentant une douleur à l'aine ,il prend quand même le départ du 10.000m réalisant son plus mauvais chrono depuis 5 ans 29'52"2 . Dans l'avion qui le ramène à Paris Lucien apprend,la mord dans l'âme ,qu'il n'ira pas à Munich vue sa contre-performance de Varsovie.....et de son age avancé!
 

A 40 ans ,en 1976,le revanchard réalise à nouveau les minimas olympiques sur 10000m(28'40") A u cours d'un meeting d'athlétisme à Rennes,il remporte le 10.000m devant Levisse en 28'33"4....à 40 ans !!!Il renouvelle le même performance (28'33"4)Quinze jours plus tard aux championnats de France à Lille .

lUCIEN ,cette fois, ira aux J.O de Montréal.

Pour son plus grand bonheur,celui de sa femme Maryvonne qui l'accompagnera,de ses trois filles,de sa grande famille et de ses nombreux amis. Dans sa série très relevée du 10.000m remportée par l'anglais Simmons devant l'américain Bjorklund Lucien terminera 11ème..... l'important était de participer et à 40 ans, c'était un exploit !

JO. Le souvenir ému de Lucien Rault

Lucien Rault, ancien champion de cross originaire de Plouguenast, a participé aux Jeux Olympiques de Montréal en 1976. A 72 ans, il en garde un ému souvenir. f68494f1d6a76bec1e7e1a01557fe22e.jpg

 

C’est avec un grand sourire et une certaine fierté que Lucien Rault, résidant à Loudéac, évoque sa participation aux Jeux olympiques de Montréal, en 1976. À l’époque, il avait 40 ans! Onzième d’une fratrie de quinze enfants, il a commencé à user des semelles à 20 ans. Mais ce n’est qu’à l’âge de 33 ans qu’il se met sérieusement à l’entraînement.

110 km par semaine
Alors qu’il travaille comme agent d’entretien au lycée de Loudéac, il accomplit 25 km de course par jour. « Avant, mon emploi de manutentionnaire en usine ne me le permettait pas, et je ne me sentais pas prêt. Quand j’ai changé de travail, j’ai intensifié les entraînements. Je quittais la maison à 5 h 30 du matin pour embaucher à 6 h, puis je consacrais mes après-midi à l’entraînement ». Sans relâche et avec abnégation, il réalise plus de 110 km par semaine et atteint assez rapidement les minima pour pouvoir participer aux JO.
Résultat, il se qualifie pour les JO, direction Montréal. « Lors du défilé, je me souviens que ma peau s’est hérissée. C’était affolant, il y avait plus de 300.000 personnes dans le stade ». Une marée humaine parmi laquelle Lucien parvient à reconnaître sa femme qui a fait le voyage grâce au soutien du club sportif de Plouguenast. « Participer aux JO, c’est comme l’apothéose pour un sportif ». Même s’il est rapidement éliminé, sa carrière s’étend bien au-delà des JO, avec un palmarès étoffé : il est en effet champion de France en 1974, champion du monde par équipe en 1978 et recordman de France sur 20 km et du monde vétéran sur 10.000 mètres.
« Ne pas mélanger sport et politique »Quand on l’interroge sur les JO de Pékin, Lucien Rault insiste : « Il ne faut pas mélanger le sport et la politique. Les jeux doivent rester une fête sportive ». Concernant le dopage, l’ancien champion reconnaît que les choses ont changé depuis son époque : « La médecine n’était pas aussi avancée que maintenant ». S’il n’a connu aucun sportif dopé, il avoue avoir eu des doutes, avec d’autres, sur les sportifs des pays de l’Est : « Ils raflaient tout », s’insurge-t-il en rigolant.
Grâce à ses exploits sportifs, Lucien a été plusieurs fois sollicité à Paris ou dans d’autres grandes villes, comme entraîneur et même gardien de la paix. Mais pour rien au monde il n’aurait quitté Plouguenast, dont le stade porte aujourd’hui son nom. « Je n’avais pas d’entraîneur mais tout le monde avait son petit mot pour moi ». Un véritable enfant du pays, porté par toute la population.
Aujourd’hui, Lucien Rault reste un aficionado du cross. Et à la veille de partir en vacances, il confie avec sa femme qu’ils essaieront de regarder les courses des JO de Pékin… dans les cafés !